Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gab

Maternité PNC

Maternité PNC

Après plusieurs mois d’absence, je reviens avec plein de nouvelles idées d’articles que je vais pouvoir rédiger pendant mon congé maternité ! 

Vous l’aurez compris, j’attends un heureux événement et ma vie de PNC est complètement chamboulée !

Que se passe-t-il donc lorsqu’une hôtesse de l’air tombe enceinte ?

Les compagnies aériennes françaises permettent un arrêt complet des vols dès connaissance de la grossesse. Pourquoi ? Parce que les rayonnements sont très dangereux pour le fœtus. Hormis les rayonnements, hors de question de prendre le risque de voler avec les dangers liés aux turbulences fortes, à la dépressurisation et tous les aléas de notre métier de PNC... (Ajoutez à ça les nausées de début de grossesse, l’avion devient très vite un environnement insupportable).

Dès que la grossesse est confirmée par une prise de sang (pas besoin d’attendre la déclaration établie par un médecin), il faut donc prévenir la compagnie qui programmera une visite médicale du travail. On devient « inapte vol ». Le planning saute dans son intégralité, bienvenue dans le monde des horaires administratifs !

Et oui ! Pas question de se tourner les pouces pendant 9 mois. Certaines compagnies proposent donc un reclassement au sol pendant toute la période d’inaptitude, soit jusqu’au congé légal de maternité. Les missions confiées sont souvent administratives. Le contrat de travail demeure inchangé.

Même si il est difficile de se remettre à un rythme « normal » quand on vit en décalé depuis des années, cela permet d’avoir une vision plus globale du fonctionnement de la compagnie aérienne et d’enrichir son réseau professionnel.

J’ai personnellement été chaleureusement accueillie et choyée pendant ces mois de travail au sol.

Accepter la mission de travail au sol permet de garder son salaire. Si vous refusez de travailler, vous ne touchez plus rien. Dur. Mais compréhensible.

La durée du congé légal de maternité est identique pour les hôtesses de l’air que pour n’importe qui, grâce à ce reclassement au sol permettant de travailler assise, au chaud, et de jour.

Psychologiquement, je ne vous cache pas que les escales manquent (et les petits-déjeuners des hôtels...) et que la routine est vite pesante, mais le bonheur de devenir Maman comble tout ça. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article