Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Gab

 

 

Partir seule en voyage quand on est une femme est encore surprenant. La réaction de nos proches à l’annonce de cette nouvelle est souvent étonnante. D’abord ils nous demandent si on vient de se séparer, puis, si on frôle la dépression, ou encore si nous avons des idées noires. Car si une femme seule décide de partir au bout monde en sac à dos, c’est forcément une vielle fille dépressive qui vient de se faire virer par son boss, et/ou son mec.... Non !

 

On peut être heureuse en amour, épanouie au travail et avoir une vie sociale riche tout en ayant besoin, de temps à autre, de partir seule en voyage. Je n’ai pas encore réalisé de tour du monde en baroudeuse et si j’ai, un jour, l’opportunité de réaliser ce rêve, j’aimerais le partager avec l’homme que j’aime, qui est lui aussi un passionné de voyages et d’aventures. Néanmoins, j’aime partir en voyage seule au moins une fois par an. Et je vais même vous dire le fond de ma pensée : voyager seule quand on est une jeune femme devrait être obligatoire !

 

 

Nous vivons dans une jungle de béton, tous les bruits et les odeurs qui nous entourent ne sont pas naturels, sont agressifs. L’atmosphère des grandes villes est électrique, les habitants sont sur le qui-vive, tracent leur chemin en regardant par terre, l’autre n’existe qu’à travers l’écran d’un téléphone. Notre société nous a enfermé dans une course contre la montre, dans une compétition digitale internationale, dans une violence banalisée et un individualisme désolant.

 

S’y retrouver est compliqué. Bien sûr, pas en terme d’appartenance sociale, sexuelle ou professionnelle, pour ça, le capitalisme nous offre tout sur un plateau d’argent. Mais se retrouver en tant que SOI, en tant que personne, en tant qu’individu, sans connection internet de qualité, sans GPS, sans amis et parfois même sans partager le même langage, est fondamental. 

 

Avec tous les défauts que je peux allouer à notre siècle, j’admets avec joie que l’émancipation de la femme occidentale est une bénédiction pour les aventurières. Il serait dommage de ne pas en profiter, quand on constate que nous avons obtenu le droit de vote il y a à peine 73 ans en France...

 

 

Pourquoi voyager seule ?

 

 

1- Car cela nous force à nous faire confiance. Se déplacer, se repérer, se protéger, se loger, se nourrir... Personne ne le fera à notre place. Laissez tomber les agences de voyage et les formules all inclusives dans les hôtels de luxe, c’est de la triche. Sortir de sa zone de confort. Avoir peur de ne pas s’en sortir, de ne pas y arriver, c’est normal. Mais l’avantage d’être seule, c’est que si vous vous plantez dans votre itinéraire ou prenez le mauvais train, personne ne sera là pour en témoigner. Vous devrez alors IMPROVISER, et vous y arriverez car l’instinct de survie vous guidera à chaque instant. 

 

 

2- Vous gagnerez en estime de soi. La fierté personnelle d’avoir accompli un projet seule, dans un pays étranger, sans aide extérieure, est énorme quand on rentre d’un voyage en solitaire. Surtout quand on est une femme, car certaines choses sont à appréhender sous un angle différent, qu’on le veuille ou non (hygiène, sécurité, etc). 

 

 

3- Vous pourrez à votre tour inspirer les autres pour les encourager à vivre une expérience de voyage en solitaire, et ainsi les aider à surmonter leurs craintes. Quoi de plus gratifiant que de constater qu’une personne que l’on aime va sauter le pas et vivre à son tour quelque chose de merveilleux, un peu grâce à vous? 

 

 

4- Pour les rencontres merveilleuses que l’on fait en voyage en solo. Des voyageurs seuls, il y en a plein les gares, les aéroports et les auberges de jeunesse. L’approche se fait naturellement entre individus qui ne se seraient sûrement jamais rencontré dans la vie quotidienne. 

Quand on rencontre des gens hors de notre zone de confort, en l’occurrence, en visitant un pays étranger, la découverte de l’autre est intéressante dans le sens où avant de savoir ce que fait la personne en face de soi pour vivre (donc de l’évaluer socialement) ou même de connaître son prénom, on essaiera de part et autre de savoir d’où vient l’autre (pratique pour savoir dans quelle langue continuer) puis de comprendre qui est cette personne en tant que voyageur(se). Depuis combien de temps elle voyage, avec qui, pourquoi, où, etc. C’est un retour à un rapport à l’autre désintéressé, simple, dépourvu de tout jugement. C’est prendre goût à la confiance instinctive, tout en ayant le choix de poursuivre, ou non, un bout de chemin ensemble.

Rencontrer des individus en voyage, touristes ou locaux, c’est apprendre à se défaire de toute idée pré-conçue, du jugement au premier abord, des apparences. Les moments passés ensemble seront, même courts, très intenses et nous lieront à jamais. C’est ainsi qu’en 15 jours passés au Pérou j’ai fait plus de rencontres qu’en un an à Paris. Péruviens, argentins, canadiennes, colombiens, suisses, allemands, mexicains, autant de visages, de voix, de noms, de sourires et de poignées de mains franches gravées à jamais dans mon esprit, que les souvenirs ramènent souvent dans une vague d’émotions.

 

 

 

5- Pour s’ouvrir au monde, pour relativiser, prendre du recul, il n’y a pas mieux qu’un voyage en solitaire dans un pays moins développé que le sien. Passer du temps chez l’habitant, en partageant les coutumes locales, les repas, les festivités; accepter la culture du pays, sans la juger, sans essayer de la changer, fait de nous des êtres meilleurs. Combien de fois ai-je même eu honte de ma condition d’occidentale privilégiée, en observant un mode de vie plus simple, moins superficiel, plus débrouillard, plus respectueux de la nature... S’imprégner d’une culture quand on est seule est plus intense, car personne n’est là pour nous ramener à la notre, essayer de conserver nos habitudes. Ça empêche aussi de se plaindre, sinon on parlerait tout seul et ce serait bizarre, dans n’importe quel pays. Il faut alors aller vers l’autre, partager des moments simples, aider les femmes dans leurs tâches quotidiennes, jouer avec les enfants ou encore observer les hommes travailler. Me retrouver sur le Lac Titicaca chez l’habitant sans eau, sans électricité, sur une île sans voitures, sans civilisation « moderne » fut l’une des expériences les plus fortes et constructives de ma vie. Au plus loin de ma zone de confort, sans possibilité de joindre mes proches, me retrouvant seule, mais jamais aussi sereine.

 

 

6- Voyager seule pour se retrouver. Pour tous les éléments évoqués ci-dessus, voyager seule permet d’apprendre ou de réapprendre à se connaître, sans masque, sans condition sociale, sans maquillage ni coiffure ni apparat. Passer plusieurs jours sans se soucier de son apparence, et se rendre compte que tout le monde s’en fou, ça fait un bien incroyable, surtout quand on exerce un métier d’image comme le mien. Voyager sans passer ses journées à se faire prendre en photo pour gagner le plus de « likes » possible nous ramène à la réalité et nous permet de tout vivre plus intensément, pour nous et non plus pour les autres.

Lorsque l’on est seule en haut d’une montagne, fatiguée, frigorifiée, mais que l’énergie du lieu nous porte et nous pousse à la méditation, la magie opère, et les réponses à nos questions apparaissent.

 

 

 

Je suis une débutante en ce qui concerne les voyages en sac à dos en solitaire, j’ai commencé en Europe, y ai prit goût et suis dernièrement allée au Pérou. J’ai organisé mon voyage seule de À à Z, sans agence ni tour opérateur. Quel bonheur d’effectuer le circuit de son choix, ses visites, de manger ce qui nous fait envie à l’heure qui nous chante, de passer des moments privilégiés avec des compagnons de route et enfin de prendre goût à une spiritualité nouvelle, une sérénité agréable et régénératrice. Je suis rentrée définitivement changée, plus confiante en mes capacités, moins soucieuse de mon apparence, plus ouverte aux autres, et par dessus tout déterminée par mes choix et mes décisions à venir.

 

Voyager seule quand on est une femme, devrait vraiment être obligatoire. 

 

 

Méditation sur le Lac Titicaca

Méditation sur le Lac Titicaca

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pro 02/11/2018 16:48

Votre blog est fabuleux... J'ai 16 ans et mon objectif dans la vie serai de devenir hôtesse de l'air. J'ai lu absolument tous vos articles, ils sont génials merci beaucoup !
Pour quand un nouvel article ?

Shana 26/05/2018 02:37

Beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte. un blog très intéressant. J'aime beaucoup. je reviendrai. N'hésitez pas à visiter mon blog (lien sur pseudo). Au plaisir

si vie 31/12/2017 15:10

J'adore ! bravo